Imprimer

19eme s.

Le plan de 1872 publié par J. Tarlier et A. Wauters témoigne des grands bouleversements qui ont marqué la cité au siècle dernier, la libérant enfin du carcan médiéval et lui offrant les communications faciles avec les autres centres urbains. En 1811, le Préfet du Département de la Dyle décida la création d'une chaussée reliant Tirlemont à Charleroi et traversant Jodoigne. L'arrêté royal du 10 décembre 1839 ordonna la construction d'une route de Wavre à Hannut, passant par Jodoigne, suite à la résolution du Conseil Provincial de Brabant, en date du 17 juillet 1837.

Le 13e alignement de la route traversa les prairies dites "les blanchisseries" et fit disparaître les écuries du Petit moulin, en contre-bas du Château Pastur. Les travaux s'achevèrent en 1843-1844. Désormais, la ville déplaçait son centre de gravité et se développait suivant les deux axes déterminés par les chaussées se croisant au carrefour du Cheval blanc. Les dernières transformations importantes intervinrent avec l'ouverture de la ligne de chemin de fer de Tamines-Landen, embranchement de Tirlemont, à l'est de la ville, vers 1872, et la création du chemin de fer vicinal vers Wavre (1887) et vers Louvain (1892).

Les vestiges des remparts disparaissaient progressivement et les abords de la petite cité se couvrent de grosses propriétés cossues, signes de la prospérité de la bourgeoise locale, certaines aux allures de véritables châteaux.

Copyright © 2012-2014 - Jodoigne.be - Tél. Général : 010 81 99 99 - Télécopie : 010 81 99 88 - Rue du Château, 13 1370 Jodoigne