Imprimer

Commémorations

Discours du Bourgmestre à l'occasion des commémorations de l'Armistice dans ce contexte de pandémie...

Mesdames, Messieurs,
Chers Représentants des Groupements Patriotiques,

Chaque année, nous nous réunissons le 11 novembre pour commémorer la fin de la guerre 14-18.

En ce jour du souvenir, nous avons l’habitude de nous unir pour célébrer la liberté retrouvée au terme de quatre années, faites de douleur, de larmes et de drames quotidiens.

Aujourd’hui, la crise sanitaire fait que notre devoir de mémoire est plus discret.
Cette année, nous ne serons que quatre personnes à nous incliner devant chaque monument, un membre du Collège Communal et trois représentants des Groupements Patriotiques.
Il n’y aura pas de cérémonies religieuses, pas de cortège composé des mouvements de jeunesse, des enfants des écoles, des comités de village, des pompiers, des sympathisants...

Si ce devoir de mémoire est plus discret aujourd’hui, il est présent plus que jamais dans cette période pénible que nous traversons avec son lot de mesures sanitaires que nous devons respecter pour sauver des vies humaines.

Je souhaite aujourd’hui rendre un hommage appuyé à ces valeureux combattants qui ont sacrifié leur jeunesse et leur liberté pour sauver notre pays et notre démocratie.

Comment ne pas témoigner, à ces femmes et à ces hommes, toute notre reconnaissance et notre respect de l’avoir fait avec bravoure, avec panache, avec amour juste parce qu’ils se sont souvenus des leçons de civisme de leurs parents, juste parce que notre patrie et leurs concitoyens étaient en danger.

Ils ont donné sans calcul et sans réserve leur vie, leur santé et tous leurs désirs d’adolescents bouillants, assoiffés de vie, de joie et d’action.

Ils ont sacrifié tout cela parce que quelque part dans leur cœur chantait cette petite musique qui coule dans l’âme des hommes justes.

C’est grâce à leur courage et à leur volonté que nous vivons dans un pays libre.

En mémoire de ceux qui sont morts pour la liberté, nous devons nous élever contre toutes formes d’extrémismes qui prônent la supériorité d’une race, d’une religion ou d’une tendance philosophique.

Nous devons aussi prendre garde aux discours faciles, réducteurs et sans fondement tenus par certains partis populistes.

Parce que la paix ne dépend finalement que de nous, il faut enseigner aux jeunes générations que la paix recule quand se renforce la haine de l’autre, qu’elle s’affaiblit d’une compétition absurde entre les peuples et qu’elle disparaît lorsque la soif de vivre ensemble et de construire un monde juste, fraternel et de progrès s’amenuise.

Si nous voulons laisser à nos enfants un monde de paix, un monde plus juste, ne laissons pas se banaliser la violence qu’elle qu’en soit la nature et sachons rassembler nos énergies pour imposer le seul et unique choix qui doit être le nôtre, celui d’une société juste, solidaire, libre et fraternelle qui place les individus au cœur de ses préoccupations.

Chères Concitoyennes, chers Concitoyens,

Aujourd’hui, c’est à nous de montrer l’exemple afin de sauver des vies humaines.

C’est en respectant strictement les règles sanitaires que nous retrouverons le plus rapidement nos libertés et notre bien-être.

J’invite chacune et chacun, jeunes et moins jeunes, à suivre l’exemple de nos aînés et à méditer sur ces années de guerre, de misère, de deuil, de privation totale de liberté et de relativiser les difficultés que nous traversons depuis quelques mois.

Notre mobilisation commune dans la lutte contre ce maudit virus fera que demain sera meilleur qu’aujourd’hui.

ENSEMBLE ON EST PLUS FORTS !

Votre Bourgmestre,
Jean-Luc Meurice

Commemo 11nov2020

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur